Journal d’un confinement – semaine 7 et 8

Du 27 avril au 10 mai

Ça y est, le déconfinement est là.

anxiété-noeud-pic
pixabay.com

Mais depuis l’annonce d’une date pour le déconfinement, j’angoisse car c’est beaucoup trop tôt. Et puis réouvrir les écoles… (oui, je sais, on dit « rouvrir » mais c’est moche, vous n’avez qu’à dire autrice et pas auteure au lieu de me casser les pieds)

Le gouvernement a réussi à réveiller ma colère à nouveau avec cette sombre histoire de masques. Les masques, y en avait pas assez, mais bon, ils ont décidé que ça ne servait à rien, puis en fait si. Oh, et achetez-les à nos copains de la grande distribution, histoire qu’ils se fassent de la thune supplémentaire.

Et le pire, c’est que ça sent la publicité mensongère ! Je ne sais pas chez vous mais les supermarchés de ma ville n’en ont pas tous, dont des enseignes disant qu’ils en avaient des centaines de millions à vendre ! Ce serait drôle si ce n’était pas aussi pathétique. En plus, si vous n’en portez pas, vous payez une amende alors que tout le monde n’a pas les moyens de s’en acheter (ni de les trouver apparemment). Ah, et bien sûr, ne comptez pas sur l’indulgence et le bon sens des forces de l’ordre, je crois que ces messieurs ont prouvé ces deux derniers mois (et même avant) qu’ils n’en ont pas.

Du coup, j’en ai commandé deux (lavables) à une créatrice. Ils sont plus chers mais mon argent finit pas dans les poches d’un connard de capitaliste au moins.

La politesse est morte, comme vous le voyez, en même temps que la patience. Y a des gens qui pensent que ça y est, le confinement est terminé et que ça veut dire qu’on peut faire ce qu’on veut. Véridique, entendu par ma mère.

Y a aussi de grosses dérives autoritaires du gouvernement. Ce n’est pas la première fois, ça n’a pas commencé avec Macron, certes, mais méfiez-vous : si vous n’êtes pas d’accord sur la politique du gouvernement pour lutter contre le COVID-19, vous êtes radicalisés, et donc dangereux. Véridique aussi, écrit noir sur blanc dans une fiche de directives du gouvernement. N’oubliez pas que la délation française est une tradition depuis 1940. On a bien vu les réflexes au début du confinement. Le gouvernement peut compter sur beaucoup de Français, qu’il n’ait crainte.

Côté humeur, la semaine 7 a été catastrophique, mais remontée magistrale la semaine d’après. Pas que j’ai hâte de sortir faire n’importe quoi comme certains, j’espère juste retourner assez vite au centre de soins dont je parlais au dernier article. Le maître mot de mes pensées actuelles, c’est : avancer.

Paradoxalement, c’est justement d’y être qui fait que je ne suis pas prête de m’engager dans une organisation politique ou un syndicat. Et aussi le fait que je vis chez mes parents, des pro-Macron as fuck, et que je sois sans ressources à part le minimum. Mine de rien, vous savez que vous ne pouvez pas agir comme vous le voulez, que vous avez des comptes à rendre. Et que, pour ces organisations, vous n’êtes pas fiables. Ils n’ont pas besoin de poids.

Oui, parce que j’ai tellement envie de distribuer des claques que je comptais bien faire quelque chose, mais le ballon s’est dégonflé. Ou presque, la colère est toujours là. Je relirai ma liste (de ce qui n’allait pas durant le confinement) de temps en temps pour ne pas trop m’endormir.

J’avoue, j’ai peur de ce qu’il va se passer. Le fait qu’on n’ait pas le droit de se rassembler me paraît logique pour le moment, mais ça pourrait durer plus longtemps qu’ils ne le disent… Une véritable attaque à la démocratie.

De plus, les personnes qui ont le plus souffert de ce confinement… Bien sûr qu’on va vous demander de rendre des comptes ! Les personnes racisées en ont très très gros sur la patate. Ça fait depuis au moins les années 1980 pour eux (et avant aussi) ! Je comprends leur méfiance envers les personnes blanches et j’en suis. Je n’ai pas tenu des propos corrects sur Twitter par rapport à Camus niveau racisme, je m’en excuse encore. Surtout depuis que j’ai lu une nouvelle de L’Exil et le Royaume

En fait, je suis partagée entre l’envie de voir des gens, de progresser sur mes problématiques, et l’angoisse du déconfinement qui a clairement lieu contre tout avis scientifique (les vrais, pas les pseudo-experts embauchés à la télé, ce sont juste des vendus à mes yeux). On va se prendre la deuxième vague dans la tronche, et je ne sais pas si je suis trop pessimiste, mais je ne pense pas qu’il y aura un deuxième confinement cette fois-ci. Est-ce que je les considère trop cyniques par rapport à leur idéologie capitaliste ? Peut-être car je pense qu’ils nous laisseront crever cette fois-ci.

Oui, si je dois résumer cette semaine avec un mot, je dirais : angoisse. Avec avancer, donc. Un peu contradictoire, tout ça. Pourtant, mon humeur va mieux mais ça, c’est quand je porte des œillères. Je suis arrivée à voir les choses en face le premier mois, à supporter tout ça, mais le deuxième mois, je n’ai pas pu, c’est éprouvant. J’ai suivi un peu mais ça aurait pu être mieux. Les problèmes qui nous attendent semblent inextricables.

Ah, tiens, on me reproche mon alimentation, que je mange que des cochonneries, etc… et que j’en suis fière. Je vous avoue que je sors à mes parents que je m’en fous pour les faire chier. Le pire, c’est que je commencerais sûrement à m’en préoccuper quand je vivrai seule.

Je les sens tendus quand même. Vivement le déconfinement juste pour qu’ils puissent sortir et me foutre la paix. C’est juste pour cette raison que j’arrête d’angoisser. Vite, qu’on en finisse. Ils étaient moins chiants ces dernières semaines, mais les rafales de reproches recommencent.

J’ai déjà fait des listes de livres à commander, je loupe pas le nord, c’est moi qui vous le dit. Des essais, qui vont me gonfler à bloc, à tous les coups.

Bon, cet article pue l’angoisse, la frustration et la colère, et y en a déjà eu assez comme ça ici. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Note : l’info futile, c’est que j’ai récupéré Internet durant la semaine 7 et que vous pouvez imaginer que j’étais comme un guitariste qui se lance dans un solo de ouf.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s