Journal d’un confinement – semaine 2

Du 23 au 29 mars

L’angoisse est toujours là mais ça se décante un peu. Le gouvernement continue ses conneries mais de façon moins régulière. Ça permet de se reposer l’esprit quelques heures parce qu’avant, entre eux et toutes les nouvelles de merde qui tombaient et qui prouvaient une fois de plus quels connards cyniques composaient le dit gouvernement, il y avait de quoi péter un plomb.

spring-plant-pic
publicdomainpictures.net

Ce sont toujours des connards cyniques mais ils ressentent moins le besoin de nous le montrer plusieurs fois par jour. On commence à avoir un peu la paix mais qu’ils ne se reposent pas trop : le courroux de certains va tomber dès la fin du confinement. Je vois que des gens sont en colère sur les réseaux sociaux mais j’ai peur que la majorité ne reste inerte chez elle. Moi-même, vu ma situation, je vais être où ?

Je fais toujours les mêmes activités que d’habitude. J’ai une PAL (pile à lire) tellement immense que ce n’est pas ce confinement qui va m’aider à la diminuer. Je pensais naïvement avoir besoin de lectures qui me détendent, en rapport avec la nature, etc… sauf que ça me stresse encore plus.

Je suis en colère et comme j’ai l’impression de manquer d’informations, je lis des essais en rapport avec la politique, les problèmes sociaux… Bon ok, je n’en ai vraiment lu qu’un pour le moment, calmons les ardeurs. Mais je ne vais pas laisser cette colère qui me ronge tourner dans le surplace, je veux avancer. Vers où, je n’en sais rien.

Ma concentration est toujours en vacances. Lire est parfois laborieux, ce qui est un véritable comble pour la grande lectrice que je suis. J’ai toujours manqué de concentration, même pour lire, mais… pas au point de lire comme une tortue ! (et encore, c’était pire la première semaine)

En parlant de lecture, ma mère aime beaucoup les livres que je lui donne à lire. Après un témoignage d’un directeur d’EHPAD, elle a l’air de bien aimer Les années d’Annie Ernaux. J’aimerais bien lui prêter La promesse de l’aube de Romain Gary mais je le réserve pour plus tard, celui-là. En attendant, je sèche. Je vais essayer de lui trouver des idées. Ma mère n’est pas une grande lectrice.

(je vais éviter de lui prêter Libérées de Titiou Lecoq, elle est déjà assez dégoûtée de mon père comme ça)

Et en parlant de mon père… J’essaie d’éviter que l’explosion qui aura inéluctablement lieu entre lui et moi n’arrive trop vite. On est opposés politiquement et il y a des propos que je ne supporte plus. Pour quelqu’un qui n’a pas de patience, je trouve que j’ai quand même de la réserve.

Je ne sais pas où vous habitez, mais si vous tendez l’oreille, vous remarquerez qu’on a de nouveaux chants d’oiseaux. Comme si certains étaient sortis du bois parce que les humains sont confinés. Ou peut-être que ce n’est que le printemps et que je n’y avais jamais fait attention avant. Qui sait. En tout cas, ça fait plaisir et c’est agréable. Ça renforce mon envie d’avoir un livre sur les oiseaux un jour.

Le soleil était présent toute cette semaine et c’était vraiment plaisant. Enfin, c’est quand on a un jardin. Si on habite dans un appartement… A moins que vous n’ayez un petit espace extérieur. Il va recommencer à faire moche dans mon coin, si ça peut vous rassurer.

La CGT a posé un préavis de grève pour le mois d’avril, des gens ne sont pas contents, disent que ce n’est pas le moment. Ce n’était pas non plus le moment que le gouvernement explose les 35h et qu’il crache allègrement sur les congés payés, mais on a moins entendu de protestations. Donc si si si, c’est le moment, c’est le gouvernement qui l’a dit. Indirectement, certes, mais ça a été compris, ne vous inquiétez pas. De toute façon, ça va chauffer aussi après le confinement, ce sera quoi votre excuse à ce moment-là ?

Il n’y a pas que le gouvernement français qui nous montre qu’il n’y a que l’économie qui compte pour eux : le G20 aussi, qui verse je ne sais plus combien de milliards à l’économie mondiale. Le culot, c’est comme la honte, ça ne tue pas, c’est ça ?

Même s’il y a des tas de gens sur qui j’ai envie de venir tousser, j’avoue avoir ma préférence pour les politiques (français ou autres, Johnson et Trump sont pas mal dans le genre) et les riches en général. Je pourrais faire une liste de ce qui ne va pas mais la situation est déjà assez anxiogène pour tout le monde comme ça. D’ailleurs, l’incertitude de l’après-confinement (et même avant, on voit que les mecs sont prêts à tout) me fait flipper.

Paradoxalement, j’angoisse moins en ce moment. Tant mieux, même si je me doute que ça va recommencer bien assez tôt.

On me disait que j’aurais le temps de lire pendant le confinement. Ah oui ? Publicité mensongère, je dis. Comme je vis chez mes parents, j’essaie de partager des choses avec eux, les gens viennent sans cesse me parler (pourtant, ils devraient savoir que je ne suis pas l’interlocutrice idéale…) et je ressens la pression de faire autre chose que la même tâche tout le temps. Où est donc passé l’époque où je m’enfermais dans ma chambre le weekend pour lire ? Pourquoi les relations sociales ? Pourquoi le soleil ? L’introvertie-solitaire-ermite que je suis n’est pas satisfaite. En même temps, je suppose que c’est mieux pour ma santé.

D’ailleurs, vous n’avez pas l’impression qu’il n’y a plus que le coronavirus qui existe maintenant ? Comme si toutes les autres maladies avaient disparu… Tu tousses ? T’as le coronavirus. T’as de la fièvre ? T’as le coronavirus. Avoir le nez bouché n’est présent que dans 5% des cas ? Et alors ? T’as le coronavirus. Tu es handicapé physique ou mental, ou les deux ? Ta gueule, dégage, on s’occupera peut-être de toi plus tard, mais là, ce n’est pas le moment (ce n’est d’ailleurs jamais le moment, taisez-vous à jamais). Des personnes valides meurent. Respectez-nous. Tu as besoin de la chloroquine pour ta maladie ? Dommage. Mais t’as pas le coronavirus, alors… (notez que l’efficacité de cette molécule n’a pas été entièrement prouvé) Calmez-vous un peu, le reste de la vie n’a pas disparu.

Tous les gens qui jouent à Animal Crossing sur la Switch… Je trouve ça très doux et ça me fait du bien de voir ça sur ma timeline Twitter. Mais je suis aussi très jalouse. Comme à la sortie de Pokémon Épée/Bouclier. Et puis les autres qui ne peuvent pas y jouer se sentent un peu seuls. Et ça me fait moins me sentir seule de voir leurs tweets de lamentation, héhé.

N’empêche que malgré que ce soit décrié pour plein de raisons, les réseaux sociaux permettent de maintenir un lien entre les gens durant cette période de confinement, et je ne parle pas que des personnes qui se connaissent. Je vois tellement de gens exprimer leur rage que ça légitime la mienne. Cela ne change rien à mon appréhension, à ma mélancolie, certes.

Bon, j’arrête là. J’espère que la troisième semaine sera encore plus insignifiante que la deuxième, ça voudra peut-être dire que j’aurais du temps pour lire. Mais je compte sur la politique pour me faire chier… euh, me divertir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s